Savez-vous vraiment comment utiliser le palmarès d'un cheval de course pour améliorer ses gains ?

Optimisez vos gains aux courses hippiques en apprenant à utiliser efficacement le palmarès d’un cheval de course.

Dans cet article, nous allons vous expliquer comment suivre l’impact d’une course sur le cheval de course avant de parier !

un jockey sur un cheval de course se demandant utiliser le palmarès d'un cheval de course pour améliorer ses gains facilement

Le suivi de l’impact d’une course sur le cheval de course

 

Le suivi de l’impact d’une course sur vos chevaux est une étape importante pour s’assurer qu’ils ont bien récupéré !

 

Notez que le jour de la course est le jour pour lequel tous les chevaux de course sont entraînés !

Cet entraînement ne vise qu’à optimiser les performances du cheval le jour de la course. Cela ne fera que le bonheur des amateurs de paris sportifs qui pourront obtenir des conseils gratuits sur Zetop Turf, un annuaire populaire !

 

L’entraînement avant la course est une chose, mais la période après la course ne doit pas être sous-estimée. 

La récupération du cheval dépend de plusieurs éléments métaboliques à prendre en compte ! Mais aussi de paramètres extérieurs à ne pas négliger. 

Le cheval de course est un athlète de haut niveau qui nécessite une attention particulière après l’effort !

C’est pourquoi nous vous donnons les clés pour comprendre son métabolisme pendant la course afin de mieux appréhender le retour de course et la reprise de l’entraînement.

 

Des éléments simples peuvent vous donner une indication sur la forme de votre cheval le jour de la course pour parier de la meilleurs manières sur les courses:

  • attitude

  • conscience

  • niveau d’énergie

  • niveau de stress ou d’anxiété

Voyons maintenant ce qui se passe dans le corps d’un cheval de course à partir du moment où il sort des stalles.

 

Comment objectiver l’impact d’une course ? Augmentation progressive de la charge de travail

 

Pour reprendre l’entraînement et retrouver sa forme, la charge de travail du cheval doit augmenter progressivement. Notez aussi que chaque entraînement doit être acquis pour passer au niveau supérieur dans les meilleures conditions. 

 

Chaque cheval peut faire face à cette augmentation de la charge de travail à sa manière et l’idéal est donc d’individualiser le programme d’entraînement dans la mesure du possible. De cette manière, vous pouvez éviter les risques de surentraînement et de sous-entraînement.

 

L’analyse de la récupération permet à l’entraîneur de juger de l’assimilation du travail de la journée afin d’adapter la séance suivante. 

1- Analyse du travail de récupération immédiatement après la course

 

Pendant le travail léger qui suit la course, les indicateurs de récupération peuvent être analysés et suivis de près pour vérifier que la récupération s’améliore d’un travail léger à l’autre. 

 

Si la récupération est médiocre, ne s’améliore pas, un examen par électrocardiogramme (ECG) avec un vétérinaire peut être adéquat. Même chose si la fréquence cardiaque présente des niveaux anormalement élevés par rapport aux niveaux d’avant-course pendant le galop d’échauffement ou le trot d’échauffement.

 

2- Retrouver la forme d’avant la course

 

En fonction de la course, l’entraînement vise à retrouver la forme et à atteindre un niveau de forme adapté à la compétition. 

Pour s’assurer qu’un cheval est prêt à courir, utilisez l’outil de comparaison avec un entraînement de référence dont l’entraîneur sait qu’il a permis d’obtenir de bonnes performances en course. 

 

Si cet entraînement est reproductible (temps, vitesse, sol, piste), les points de comparaison intéressants concernent les paramètres de récupération. Pour savoir si le cheval a retrouvé sa forme idéale, on peut regarder son niveau de fréquence cardiaque après l’effort, et sa fréquence cardiaque à 15 minutes. 

 

La fréquence cardiaque maximale ne devrait pas avoir beaucoup changé. Celle-ci varie peu pour un même cheval et ne dépend pas de sa condition physique !

 

Toutefois, on peut s’attendre à ce que les fréquences cardiaques après l’effort et à 15 minutes soient aussi basses que possible, et au moins aussi basses que celles de l’entraînement de référence.

3- Quantifiez et suivez le poids de vos chevaux

 

Bien que rarement faisant l’objet d’une numérisation, les données relatives au poids permettent à l’entraîneur et au cavalier d’identifier plus précisément le poids de forme de leurs chevaux, en plus de l’évaluation visuelle.

 

Une fois défini, le poids de forme est le poids optimal à atteindre pendant une période de performance sportive. Par exemple, pour un cheval qui reprend l’entraînement, ces données permettent de recalibrer le programme et de garantir l’efficacité de l’entraînement. Inversement, la détection d’une perte de poids précoce peut limiter le risque de surentraînement.

 

Enfin, un autre intérêt de peser régulièrement son cheval est de quantifier l’impact de la compétition sur l’organisme ! Sans oublier de s’assurer qu’il récupère bien !

 

Nous vous recommandons de peser le cheval avant, juste après et après la phase de récupération d’un concours. Le cheval devrait retrouver son poids normal peu de temps après l’épreuve. Chez le cheval athlète, l’exercice maximal induit une déshydratation sévère qui peut faire perdre jusqu’à 20 kg à l’athlète. 

 

Le temps de récupération (généralement 3-9 jours) du poids après une compétition est un élément important du suivi.


Pensez donc a prendre tous les éléments en compte avant de parier sur un cheval etparier de manière intelligente.

Retour en haut